La gestion indicielle consiste en un investissement pour reproduire la composition d’un indice dans un portefeuille d’actifs. Dans le cas où l’indice progresse, la valorisation du portefeuille fera de même. C’est une gestion qui est aussi connue sous appellation de gestion passive.

Les caractéristiques relatives à la gestion indicielle

Le marché de la finance permet de distinguer deux types de gestion dont la gestion passive ou gestion indicielle et la gestion active. Le but de cette gestion est de super former l’indice de référence via la sélection de diverses valeurs qui permettent la réalisation de performances supérieures à la moyenne perçue sur le marché. L’objectif de la gestion indicielle est celle de calquer les performances relatives à un indice de référence. Pour ce faire, il faut répliquer la composition à échelle réduite. Les investisseurs trouvent cette technique assez avantageuse étant donné qu’elle nécessite des frais de courtage conséquents. Effectivement, la composition d’un portefeuille ne change qu’au moment où se produit la modification du panier des valeurs de l’indice. Pour les trackers et les fonds éponymes, les supports d’investissements usent de la technique de la gestion indicielle.

Quels sont les types de gestion indicielle?

Pour dupliquer l’indice de référence, les gestionnaires des sociétés de gestion ont accès à différentes techniques. D’une part, il y a la réplication pure qui consiste en l’achat des composants d’un indice. Ensuite, il convient de les pondérer en fonction de leur importance par rapport à l’indice. C’est une méthode transparente et simple qui requiert beaucoup de frais de courtage. D’un autre côté, il y a la réplication synthétique qui use de produits dérivés de l’indice. Les frais de gestion se voient alors réduits. La finalité de cette option est justement de minimiser les coûts. C’est une méthode qui semble peu convaincante étant donné le niveau élevé du tracking error. En effet, avec cette méthode, les gestionnaires se contentent d’acheter les poids lourds en lien avec l’indice. Ils misent sur leur pondération pour répliquer les mouvements de l’indice en question.

Les intérêts de la gestion indicielle

Lorsque le fond indiciel bénéficie d’une bonne gestion, il reflète le rendement du marché et permet à l’investisseur d’obtenir un rendement similaire au niveau de risque. Il faut noter qu’un indice représente le marché. Force est de constater que la gestion indicielle permet la diversification. En effet, la majorité des titres dans leurs indices cibles est détenue par les fonds indiciels. En outre, la gestion indicielle se reflète aussi par des coûts plus faibles comparés à une gestion active. Entre autre, avec la gestion indicielle, il est envisageable de bénéficier d’une efficacité fiscale étant donné qu’il y a moins de transactions dans le cadre d’une gestion active. Avec la gestion indicielle, l’investisseur saura toujours comment son placement aura été investi. Il aura un reporting sur la manière dont ses fonds sont gérés. C’est une gestion facile qui demeure transparente. D’un autre côté, il y a lieu de savoir que la gestion indicielle n’est pas aussi passive en matière de responsabilité actionnariale. Aussi, elle est parfaitement compatible avec ce type d’investissement. Ainsi, un gérant passif pourra exercer un rôle en tant qu’actionnaire comme il le ferait pour une gestion active. D’après les experts, les performances de la gestion passive sont supérieure à celles de la gestion active lorsque l’analyse se fait sur le long terme. La performance de la gestion indicielle dépasse celle de son homologue, la gestion active de 90% sur une période de 5 ans. Cependant, il importe de tenir compte du fait que la gestion active reste meilleure en terme de rentabilité. La gestion indicielle présente une performance se rapprochant de celle de l’indice de référence, et ce, à faible coût. Effectivement, il y a la limitation du taux de rotation du portefeuille. Il y a également les frais d’analyse et de recherche sur le marché qui se voient considérablement réduits. Les frais inhérents à la gestion indicielle sont presque toujours inférieur à 0,5% de l’actif géré s’ils sont de 0,8% pour la gestion active. Pour avoir des retours nets sur les placements, autant donc privilégier la forme de gestion passive. 

Quelques conseils sur la gestion indicielle

Le premier conseil serait celui d’éviter de sous-estimer la gestion indicielle. En effet, bien que le processus puisse sembler aisé, il n’en reste pas moins assez complexe. En matière de risque, il faut également éviter de demeurer passif. De ce fait, la gestion indicielle nécessite le passage par la gestion par objectifs; ce qui revient à l’organisation des investissements en tenant compte des projets patrimoniaux. Il faut aussi analyser la prise de risque par rapport à l’horizon d’investissement. Il convient de sécuriser le portefeuille au fur et à mesure que l’horizon devient plus proche. Opter pour la gestion indicielle revient à choisir les stratégies en adéquation. D’une part, il faut se lancer dans la diversification. Dès lors, il faudra avoir un univers d’investissement élargi tout en maximisant les actifs détenus en portefeuille. D’autre part, il importe d’adopter la stratégie du “Time in market” consistant à investir assez tôt pour avoir une durée d’investissement plus importante. Il est alors de rigueur de placer un investissement dans les 40 entreprises du CAC 40 afin de jouir de la totalité des performances de ces entreprises.