Investir dans le logement offre de nombreuses possibilités. À part la location nue, il existe une autre solution mille fois intéressante : la location meublée non professionnelle. En quelques mots, celle-ci consiste à louer un immeuble (une maison, un appartement) équipé de plusieurs meubles indispensables à la vie courante. Au regard de cette définition, on pourrait dire qu’elle est avantageuse pour le locataire, car ce dernier n’est plus obligé de se procurer de divers mobiliers. Mais, en fin de compte, elle est largement bénéfique pour le propriétaire. Effectivement, elle est soumise à une règlementation plus souple, sans parler des rendus fiscaux.

Une réglementation plus souple

Le statut lmnp n’est pas attribué à tout le monde. Le bailleur est considéré comme tel dès qu’il remplit deux exigences. Premièrement le montant total de son revenu locatif ne doit pas excéder 23 000 euros par an. Deuxièmement, la somme de ses loyers ne doit pas non plus être supérieure à celle de ses autres activités génératrices de revenus.

En ce qui concerne les formalités administratives, elles sont assez flexibles. En effet, pour pouvoir bénéficier de ce statut, le propriétaire est tenu de déposer une déclaration lmnp auprès de la Greffe du tribunal de Commerce. Cette démarche doit être effectuée deux semaines avant l’occupation du logement meublé par le locataire.

Grâce à cette déclaration, le bailleur est soumis à un régime fiscal particulier, notamment celui appliqué aux entrepreneurs. Ainsi, il peut se prévaloir à de nombreux avantages fiscaux, comme l’exonération et la diminution. Néanmoins, il est aussi tenu de respecter certaines obligations. Pour plus de détails à ce sujet, n’hésitez pas à consulter guide pour la location meublée non professionnelle.

Un régime fiscal intéressant

Contrairement à la location nue, les revenus tirés de la lmnp sont considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux ou BIC. En tant que tel, le bailleur bénéficie d’un régime fiscal très intéressant. En effet, il peut solliciter un abattement allant de 50 % sur ses recettes locatives. Grâce à cet avantage, seule la moitié de ses ressources est imposée par l’impôt sur le revenu, ce qui n’est pas le cas de la location classique.

À part cela, le propriétaire peut également opter pour le régime réel. Ce dernier lui permet de déduire l’ensemble des dépenses qu’il avait engagé pour le logement meublé sur ses ressources locatives. C’est le cas du coût de la gestion, des frais d’entretien, de l’honoraire du notaire, des intérêts du crédit immobilier, les travaux et la taxe foncière. Néanmoins, le bailleur peut aussi amortir les mobiliers destinés à équiper le logement, même s’il s’agit d’un lmnp ancien.

En outre, il faut savoir que ce type de location meublée bénéficie aussi d’une exonération fiscale. En effet, elle n’est pas soumise à la TVA, de l’impôt indirect. Cependant, le bailleur est obligé de payer cette taxe, s’il décide de fournir des prestations en dehors de la location, comme le room-service, l’entretien des lieux, la réception de la clientèle, etc.

Un investissement rentable à long terme

La location meublée est un investissement rentable. Déjà, à la différence du logement nu, elle ne s’étale pas dans le temps, car la durée du bail est fixée à un an. Mais, cela n’empêche pas les deux parties à renouveler le contrat. Dans ce genre de cas, on parle de tacite reconduction. Néanmoins, ce bref délai permet également au bailleur expulser son locataire, sans attendre trois ans. Ainsi, il pourra proposer son immeuble à une autre personne.

À part cela, ce type de location est aussi avantageux dans la mesure où la majorité des dépenses sont à la charge du locataire. Ici, on fait principalement référence au coût lié à la consommation de l’énergie, au forfait internet, aux charges liées à la copropriété, et bien d’autres encore. En général, le locataire paie l’ensemble de ses charges sous forme de forfait.

En outre, la location meublée permet au propriétaire de proposer un prix assez élevé, surtout si les mobiliers qui équipent l’immeuble ne répondent pas seulement aux normes en vigueur, mais sont aussi confortables. C’est le cas d’un appartement meublé qui dispose un home cinéma de dernier cri, etc.

Et enfin, le lmnp est aussi flexible, car le bailleur peut changer régulièrement la nature de son investissement en passant du secteur touristique au logement pour les étudiants ou les personnes âgées.