De nos jours, les sociétés cherchent tous les moyens dans le but de payer le moins d’impôt possible. Les charges fiscales sont assez imposantes sur le budget de l’entreprise, ce qui diminue leur profit. Les cotisations et l’IS sont les plus élevés. Mais ce ne sont pas seulement les entreprises, les particuliers sont aussi affectés. Cependant, plusieurs leviers permettent de réduire les charges fiscales.

Pour les entreprises : la déduction des charges financières et courantes

La maximalisation des charges financières est un bon levier pour diminuer les impôts. De nombreuses sociétés ont recours à cette approche pour minorer les résultats imposables. Pour cela, elles déduisent les intérêts des emprunts avec le prêt intragroupe. En général, on réalise ses divers montages avec une holding. La société va s’endetter pour avoir des titres. Sur le résultat imposable vont être prélevés les intérêts pour l’emprunt. Le régime mère fille va aussi être appliquer pour diminuer les charges et incitations fiscales. Avec un montant de plus de 3 millions d’euros, elles ne seront déductibles qu’à 75 %.

Presque toutes les charges pour le profit de l’entreprise sont soustraites. En effet, les frais informatiques, les frais de documentations, les loyers, les frais de représentation, les fournitures… sont concernés. Ainsi, il vaut mieux avoir recours aux méthodes de prise en compte des charges plus complexe, mais plus avantageuses que de choisir la simplicité et payer plus d’impôt. Si nécessaire, il faut contacter un spécialiste pour voir plus précisément ce que dit la loi de finances. Julien Vautel peut donner plus d’explication.

Pour les entreprises : le CIR ou crédit d’impôt recherche et les autres crédits

Il diminue l’impôt en s’appuyant sur les dépenses qui affectent la réalisation de plusieurs tâches. Cela concerne la veille technologique, les fonctionnements, la maintenance de brevet et le COV ou certificat d’obtention végétale, les contrats d’assurance pour la protection juridique, la participation aux réunions officielles, la confection de nouvelles collections. 

Toutefois, on peut y insérer les dépenses assez secondaires comme celles des jeunes docteurs, des dotations aux amortissements, des personnels techniciens, des sous-traitants, comme julien vautel.

Par ailleurs, il y a les autres frais comme le crédit d’impôt pour l’apprentissage, pour les prospections commerciales, pour les investissements territoriaux.

Bref, on peut déduire du frais plusieurs dépenses de l’entreprise. Il faut seulement se faire assister par un spécialiste qui peut examiner le budget pour minimaliser l’impôt.

Pour particulier : se lancer dans les épargnes

L’épargne est un très bon moyen pour les particuliers de diminuer les impôts. En cela, l’épargne-pension s’avère le moyen le plus efficace pour avoir un avantage fiscal assez conséquent. Il est possible de choisir entre plusieurs options. Tout d’abord, si on choisit un plafond de 900 euros, on aura un bénéfice fiscal de 30 %, soit 297 euros. Si on choisit un plafond de 1270 euros, on aura un bénéfice fiscal de 25 %, l’équivalent de 317,5 euros.

Par ailleurs, une épargne à long terme fait aussi profiter d’un avantage fiscal considérable. Par exemple, on pourra recourir à l’assurance vie. En effet, le montant maximal varie selon la situation personnelle. Toutefois, le plafond peut s’élever jusqu’à 2 390 euros. On bénéficiera d’une réduction allant jusqu’à 30 %, l’équivaut de 717 euros si on épargne le montant maximal.

L’assurance épargne pour l’acquisition d’une habitation est un bon moyen. En effet, si on utilise la réserve dans le but de financer l’assurance solde quand on fait un crédit logement, il faut les inclure dans la déclaration d’impôt. Ceci permet d’avoir une réduction de 30 % annuellement. Les travaux pour la revue énergétique et pour la rénovation de la maison sont aussi encouragés par le gouvernement pour la protection de l’environnement. Ainsi, il y aura un profit considérable au niveau de la défiscalisation. Les principaux travaux concernés sont l’isolation, l’audit énergétique, le chauffage, l’installation électrique, la menuiserie extérieure, l’assèchement des murs. Il y a même des avantages fiscaux complémentaires.

Pour les particuliers : les dons et services

La donation pour une œuvre caritative fait profiter d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 45 %. Toutefois, il ne s’agit pas d’aider n’importe quel organisme. Il est bien défini que le don doit être attribué à une institution agréée. Il doit aussi s’élever à une hauteur de plus de 40 euros, mais de moins de 384 300 euros par an. On pourra faire un don maximal de 10 % par rapport au revenu net.

Pour les services à la maison, l’aide ménagère ayant de titres de service peuvent aussi être inclus dans la déclaration. Une déduction à une hauteur de 10 % par titre est valable pour les 150 premiers titres. Ainsi, on bénéficiera d’un avantage de 135 euros par an pour chaque personnel de service. Les coûts du babysitting sont aussi inclus dans ses services. Il faut introduire 11,20 euros par jour, pour chaque enfant de 12 ans au plus dans la déclaration pour avoir une réduction de 45 %. Par jour alors, on aura un avantage de 5,04 euros par jour.